Actualité

Vue 21 fois
03 mai 2019

Nadège Léonard, chargée de relations entreprises

« Ma vie est faite d’opportunités ». C’est presque par hasard que Nadège intègre l’Escia , en 2005. D’abord en tant que surveillante d’examen puis en tant qu’assistante pédagogique et  assistante commerciale.  A la fin de chacune de ses missions, elle est rappelée. « J’ai fait trois pots de départs ! Des collègues m’ont même demandé de rendre les cadeaux qui m’avaient été offerts » ironise-t-elle. On  apprécie son investissement, son dynamisme et sa grande maitrise des logiciels informatiques. « Je tiens ça de ma maman qui était informaticienne. Le week-end, elle ramenait à la maison son ordinateur portable. La voir travailler me faisait rêver. Je voulais faire comme elle ! ».

Mais ce qui caractérise Nadège, c’est le lien fort qu’elle développe avec les étudiants « Les premiers temps, je venais pour une période déterminée, sans qu’il y est une possibilité d’embauche derrière. Je n’ai donc pas mis de barrières. Je m’en fichais. Le but était de profiter à fond. Je me suis investie dans le BDE et je faisais toutes les soirées et voyages avec eux ! J’avais 26 ans, quelques années de plus qu’eux. Je me suis amusée. Je sortais d’une période difficile, je me suis reconstruite avec l’école ».

En mars 2008, elle signe son CDI au poste d’assistante commerciale. Fédératrice, elle met beaucoup d’énergie pour lier les équipes  ITIN et ESCIA « J’ai participé activement à la mise en place de process pour faire en sorte que les chargés de relations entreprises travaillent ensemble ».

En 2013, Nadège devient chargée de relations entreprises sur le campus de Cergy. « J’aime placer les jeunes et développer des partenariats avec des entreprises » Nadège est très attachée à l’école « ITESCIA, c’est la famille ! C’est la force de l’école. Tout le personnel a un lien d’attachement fort avec les jeunes. Ici, les jeunes ne sont pas de simples numéros ! On aime tous les faire grandir » Elle poursuit  « Les jeunes ne s’en rendent pas compte toute de suite. Mais, quand ils partent, avec le recul, ils se rendent compte de tout ce que l’école a fait pour eux et ils reviennent  nous voir. Et c’est avec plaisir qu’on les retrouve ! »

Par Diane Dussud


Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.